MediaMed



MediaMed - menu

MediaMed Informations en pneumologie

PNEUMOLOGIE

Le diaphragme : ce grand oublié de la fonction respiratoire

Le diaphragme est le principal muscle de la respiration, le seul à travailler en continu pour nous permettre de respirer et donc de vivre.

Schématiquement, le diaphragme sépare les cavités thoraciques et abdominales et réalise des courses verticales (excursion) en s’épaississant lors de l’inspiration. En dépit d’un rôle indispensable, la fonction diaphragmatique a tendance à être négligée lors de la prise en charge globale des patients.

Depuis plus de quarante ans [1], il a été démontré qu’il existait une atteinte diaphragmatique post-opératoire.


Le diaphragme
Crédit image : Iroises communication.


Depuis, de nombreux auteurs se sont intéressés aux dysfonctions diaphragmatiques durant la période post-opératoire de la chirurgie abdominale [2], cardiaque [3] et thoracique [4].

La dysfonction diaphragmatique est une pathologie fréquente

Ces travaux montrent que l’atteinte est fréquente (concernant 5 à 50 % des patients opérés, selon le type de chirurgie), grevée d’une morbi-mortalité importante (augmentation du risque de réhospitalisation pour pleuropneumopathie, par exemple) et que l’atteinte est largement sous-diagnostiquée.
La dysfonction diaphragmatique n’est pas l’apanage du suivi post-opératoire : elle peut être observée en réanimation [5] ou dans toutes les pathologies accompagnées d’une atteinte neuromotrice.

L’échographie a simplifié la démarche diagnostique

Alors que le diagnostic de dysfonction diaphragmatique a longtemps été difficile en raison de techniques trop invasives (électromyographie, différence de pression oeso-gastrique), le développement de l’échographie a permis de considérablement simplifier l’étude du diaphragme.


Échographie du diaphragme.
Source image : Richard P. Échographie et diaphragme, Gecho 2013 - SPLF.


Par le biais de l’échographie, deux principaux paramètres peuvent désormais être étudiés : l’excursion diaphragmatique (pour laquelle une course inférieure à un centimètre peut être retenue comme pathologique) et son épaississement.

L’atteinte d’un organe à part entière

Ainsi, le diagnostic d’une dysfonction diaphragmatique par l’échographie est désormais aisé et l’atteinte du diaphragme mérite certainement d’être considérée comme une atteinte d’organe à part entière.
Actuellement, le traitement de la dysfonction diaphragmatique repose sur un travail multidisciplinaire où la kinésithérapie respiratoire occupe une place centrale.

Paul Desforges
03 02 2020

Sources


Les pages professionnelles MediaMed Pages Professionnelles
Informations santé
Informations public