MediaMed



Accueil MediaMed

MediaMed Informations en endocrinologieENDOCRINOLOGIE INFORMATION Pensez à imprimer cette page, afin de la lire ou la relire plus aisément. Avec Netscape, vous pouvez cliquer sur cette icone. Si vous utilisez un autre navigateur, utilisez sa commande d'impression.

Une normalisation du poids à l’âge adulte limite les risques cardiométaboliques liés à une obésité infantile

L’obésité dans l’enfance est associée à un risque cardiovasculaire accru à l’âge adulte. En revanche, ce risque est-il diminué chez un enfant obèse qui normalise son poids à l’âge adulte ?

L’obésité dans l’enfance est associée à un risque cardiovasculaire accru à l’âge adulte. En revanche, ce risque est-il diminué chez un enfant obèse qui normalise son poids à l’âge adulte ? Pour répondre à cette question, l’équipe de Juonala et al. a étudié les données de plusieurs cohortes ayant suivi des enfants jusqu’à l’âge adulte. Ils ont notamment analysé les indices de masse corporelle dont le calcul pour un individu est le suivant : « masse corporelle (en kilogrammes) divisée par la taille (en mètres) au carré » et ont relevé qu’un excès pondéral dans l’enfance semble être un facteur de risque de devenir diabétique, de développer une dyslipidémie, une hypertension artérielle et une augmentation de l’épaisseur intima media (EIM) à l’âge adulte. Ils ont également noté que les adultes obèses (quel que soit leur statut pondéral pendant l’enfance) présenteraient une augmentation de l’incidence de ces perturbations par rapport à des sujets de poids normal et de même âge. En revanche, ils ont remarqué que le risque de développer ces anomalies chez des enfants en surpoids ou obèses qui ont normalisé leur poids en grandissant, serait semblable à celui des sujets ayant toujours eu un poids normal.

Ces résultats montrent que l’adiposité de l’enfance ne serait pas significativement associée au risque de diabète, de dyslipidémie ou d’augmentation de l’EIM quand le statut pondéral à l’âge adulte est pris en compte mais resterait néanmoins un facteur prédictif de l’hypertension artérielle indépendamment du poids adulte.

Ainsi cette étude montre que la normalisation du poids chez l’enfant permettrait de diminuer le risque cardiométabolique associé à l’obésité infantile. Toutefois, il est difficile d’obtenir une normalisation pondérale une fois la surcharge installée, c’est pourquoi pour empêcher l’obésité de l’adulte et ses conséquences, le meilleur moyen reste la prévention la plus précoce possible de l’excès de poids.

Aurore
Publication conjointe Godtech - 23 déc. 2011.

Juonala M, et al. Childhood adiposity, adult adiposity, and cardiovascular risk factors. New Engl J Med 2011;365:1876-85.


 

4112v.2 050212