[Accueil MediaMed]               Pages professionnelles [MediaMed pages pro]

Sur le serveur BBS de l'UPIDF

INFORMATIQUE : FEIMA et GLAM

LA FEIMA

Charte des Editeurs.

Objet.

Les structures de soins de médecine ambulatoire vont avoir à gérer un outil informatique, la loi leur faisant obligation d'une utilisation de cet outil dans leur rapport avec les organismes d'Assurance Maladie obligatoires et les responsables de santé publique. Faceà cette situation, les professionnels de l'édition logicielle souhaitent apporter aux utilisateurs de leur logiciel une réponse adaptée quant à la qualité de leur service

Regroupés au sein de la FEIMA, ils s'engagent sur les points ci dessous pour permettre une informatisation du système de santé ambulatoire dans les meilleures conditions pour tous.

Adaptation aux techniques nouvelles :

Un éditeur membre de la FEIMA s'engage à ce que son logiciel suive l'évolution des obligations professionnelles incombant aux médecins. La fédération s'engage à participer avec les instances gouvernementales, syndicales et ordinales aux groupes de travail sur l'informatique médicale.

En cas de défaillance d'un éditeur sur ces évolutions, la FEIMA s'engage à donner les moyens au médecin de trouver un logiciel adapté à ses besoins, dans des conditions satisfaisantes.

Un éditeur membre de la FEIMA s'engage à faire évoluer son logiciel en fonction des nouvelles technologies Tout en assurant le suivi des versions antérieures dans la mesure du possible. Cependant, il s'engage à assurer la maintenance de son logiciel, aussi, auprès de ceux qui ne veulent pas suivre les nouveautés techniques et qui souhaitent conserver leur environnement.

Indépendance :

Un éditeur membre de la FEIMA s'engage à respecter strictement l'indépendance professionnelle de ses clients dans le respect des obligations légales. En particulier, aucune fonction d'aide à la prescription ne pourra être influencée par une structure ou un organisme quelconque à l'insu des utilisateurs . Il s'engage aussi à ne pas mettre en place des outils logiciels pouvant inciter les médecins à des prescriptions autre que celles correspondant à l'êtat actuel de la science.

Secret professionnel:

Un éditeur membre de la FEIMA s'engage à respecter et faire respecter le secret professionnel autour des données qu'il aurait à manipuler. Les données médicales communiquées par les médecins qui devraient être examinés pour des motifs techniques le seront par des personnes respectant les règles habituelles du secret professionnel. examinés par des médecins ou par des ingénieurs assermentés. Un éditeur membre de la FEIMA s'engage à ne pas faire état à des tiers de la détention provisoire de ces renseignements. Il s'engage à ne pas communiquer ces fichiers ou des renseignements issus de ces fichiers, même s'ils sont anonymes, à des tiers. Cette transmission de renseignements anonymes ne pourra s'effectuer que sur la demande écrite du médecin et dans le strict respect des textes légaux en vigueur.

Transmissions :

Un éditeur membre de la FEIMA s'engage à donner aux médecins les possibilités d'exporter leurs données médicales dans un format permettant l'utilisation par d'autres logiciels médicaux. . Il s'engage aussi à fournir aux médecins la possibilité d'importer des données de ce format. De cette façon, les données saisies par un médecin ne seront pas liées à un logiciel et le médecin ne perdra pas ses données en cas de défaillance de l'éditeur. pourra se défendre contre une défaillance de son éditeur par le passage vers un autre logiciel.

La FEIMA s'engage par ailleurs à promouvoir la normalisation des données médicales pour faciliter les échanges entre professionnels et entre logiciel .

Assistance technique

Les éditeurs s'engagent à proposer un service d'assistance technique permettant à l'utilisateur de résoudre ses difficultés qui pourraient survenir dans le cadre de l'utilisation du logiciel . Ce service devra mettre tout en œuvre, dans la limite de ce qui est raisonnablement acceptable, pour proposer des solutions aux questions techniques posées.

L'assistance pourra porter sur la configuration et l'installation des logiciels, et leur adaptation à des configurations matérielles mais aussi du système et du matériel informatique utilisé. Cette assistance pourra se compléter par l'envoi de fichiers de configuration, de documents d'aide ou de logiciels autorisés.

Formation :

Les éditeurs s'engagent à proposer la formation adaptée dans l'intérêt du bon fonctionnement du système informatique médical. Les tarifs de cette formation devront être comparables aux prix habituellement pratiqués.

Fiabilité :

Les éditeurs s'engagent à écrire leurs logiciels dans le respect des standards de la profession. (médicale ou informatique ?) Ils s'engagent à fournir des logiciels testés qui assurent une fiabilité des données saisies. En cas d'anomalie constatée, ils devront à mettre tout en œuvre, dans la limite de ce qui est raisonnablement acceptable, pour corriger les erreurs enregistrées et pour éviter qu'elles ne se reproduisent.

Sécurité d'accès

Un éditeur membre de la FEIMA s'engage à fournir aux utilisateurs de son logiciel les moyens d'interdire à une personne non autorisée de lire les informations médicales de l'ordinateur du médecin. Cette protection sera effectuée par mot de passe, cryptage de données, etc.

Documentation

Les éditeurs s'engagent à donner une information complète sur les potentialités de leur logiciel dans la version actuellement commercialisée.

Pour les développements en cours ou futurs et les versions ultérieurs, ils s'engagent à préciser les délais dans lesquelles ces fonctionnalités seront effectivement disponibles pour l'utilisateur


LE GLAM


PRESENTATION DU G.L.A.M.

Le G.L.A.M. (Groupement des Labellisés par l'Assurance Maladie) a été officiellement fondé le 2 février 1997.

Cette association regroupe à ce jour 15 des 17 sociétés actuellement certifiées par l'assurance maladie dans le cadre du programme SESAM/VITALE.

La référence de ces éditeurs émargent dans le serveur de l'assurance maladie (Rubrique 2 du 3614 CNDA).

Le G.L.A.M. est ouvert à toutes les sociétés dont les compétences dans le domaine des cartes à microprocesseur sont sanctionnées par une certification officielle délivrée par les pouvoirs publics, et qui formulent une demande d'adhésion en répondant aux critères définis dans ses statuts, notamment en matière d'engagement de prise en compte des évolutions de norme et de réglementation.

LES MEMBRES DU G.L.A.M.

ABI PHA Alain BEGUE Centre Oronoz - 5 rue Louis 64600 ANGLET Pharmaciens Colas

ALLIANCE SOFWARE PARACELSE Pharmaciens Christian ARMANDO 47 boulevard René Cassin 06200 NICE
ARCH-INFO MICROFFI Pharmaciens Philippe LECRIQUE Pôle d'ingénierie 08090 TOURNES
DBCOM DBMED Médecins Marcel ICHOU 27, rue de la Vrière 44240 LA CHAPELLE ERDRE
EGLANTINE EGLANTINE Médecins Jean Jacques ROUSSEL 5 rue de la Claveterie 41360 LUNAY
LOGUN (Groupe MICROCONCEPT) EuReka Médecins Yannick MOTEL 3, rue Gattefossé 69800 SAINT PRIEST
LSI Médical DIA Médecins René COHEN 84 rue Jean Jaurès 94500 CHAMPIGNY S/
MICROCONCEPT EQUINOX Auxiliaires Annick ANFREVILLE 3 rue Gattefossé 69800 SAINT PRIEST
MIRABEL Informatique EVOLUTION Pharmaciens Jean-Marc JOUANNET Z.A. Ouest - 22 rue des peupliers 54180 HEILLECOURT
OCTAL DIFFUSION SERVILOG Pharmaciens Pierre BUISSON Z.A. Saint Sauveur 34980 ST CLEMENT D RIVIERE
PRATILOG MEDIPRATIK Médecins Mr Stéphane HACOUT 1 Rue du Bénélux 44300 NANTES
PROKOV EDITIONS MEDISTORY Médecins Thierry KAUFFMANN 98 bis rue Saint Nicolas 54000 NANCY
RESIP STHETOS Médecins Jean Pierre COLIN 56 rue Ferdinand Buisson 62200 BOULOGNE SUR
SBCPA Presto 2 Pharmaciens Henri GOURION 39 rue des Augustins B.P. 76172 ROUEN Cedex 1052
SILMM CIP Pharmaciens Christian ROCHE Z.A.C. du Mourillon B.P 39 56530 QUEVEN

OBJECTIFS DE L'ASSOCIATION

Au delà de la télétransmission des feuilles de soin, la généralisation des cartes à microprocesseur dans le domaine de la santé est énoncée dans les ordonnances du 24 avril 1996 dernier.

Le calendrier ambitieux de mise en oeuvre des outils nécessaires à cette généralisation étant sujet à quelques imprécisions, les éditeurs d'ores et déjà agréés ont souhaité se réunir, en vue d'être partie prenante de la stratégie de mise en place de ces outils aux côtés des professionnels de santé.

S'appuyant sur leur expérience des échanges magnétiques "classiques", les adhérents du G.L.A.M. considèrent que leur expertise est indispensable, non seulement au plan technique, mais également au regard de la communication en direction des acteurs conventionnels.

L'expérience et le réseau relationnel des adhérents du G.L.A.M., tissé ces dernières années avec les partenaires institutionnels et industriels, sont donc largement mis à contribution.

En outre, les éditeurs actuellement agréés et regroupés au sein de l'association sont dès à présent en mesure de répondre, pour toutes les professions de santé à l'exception (à ce jour) des ambulanciers et des laboratoires d'analyses, aux besoins suscités par le déploiement, dès 1997, du programme SESAM/VITALE.

COMPOSITION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

Président : Yannick MOTEL, représentant le groupe MICROCONCEPT

Né le 21/08/55 à Bénouville (Calvados)
Domicilié, 3 rue Gattefossé, SAINT PRIEST (Rhône)
Nationalité : Française
Profession : Chargé de mission de groupe d'édition de logiciels médicaux.
Vice Président : Jean-Jacques ROUSSEL, représentant la société EGLANTINE
Né le 24/09/51 à SALLANCHE
Domicilié 5 rue de la claveterie, LUNAY
Nationalité : Française
Profession : Gérant de société d'édition de logiciels médicaux
Secrétaire Général : Jean-Marc JOUANNET, représentant la société MIRABEL
Né le 04/11/56 à Limoges (Haute Vienne)
Domicilié 22 rue des peupliers, HEUILLECOURT (Meurthe et Moselle)
Nationalité : Française
Profession : Directeur Général
Secrétaire Général Adjoint : Annick ANFREVILLE, représentant la société MICROCONCEPT
Née le 25/11/55 à Frasnay sur Sarthe (Sarthe)
Domicilié 3 rue Gattefossé, SAINT PRIEST (Rhône)
Nationalité : Française
Profession : PDG de société d'édition de logiciels médicaux
Trésorier : Richard ANFREVILLE, représentant la société MICROCONCEPT
Né le 16/07/54 à Melun (Seine et Marne)
Domiciliée 3 rue Gattefossé, SAINT PRIEST (Rhône)
Nationalité : Française
Profession : DG de société d'édition de logiciels médicaux
Trésorier adjoint : Christian ARMANDO, représentant la société ALLIANCE SOFTWARE
Né le 17/07/56 à Confaron (Var)
Domicilié Domaine de l'Aspre 06790 ASPREMONT
Nationalité : Française
Profession : Dirigeant de société d'édition de logiciels médicaux
CALENDRIER D'ACTIONS

Une série d'actions ont d'ores et déjà eu lieu, concernant la publication de communiqués, d'articles de presse, la prise de contact et les rencontres avec les pouvoirs publics (notamment avec les instances de décision de la CNAM-TS, le cabinet du Premier Ministre, le Ministère des Affaires Sociales et de nombreuses caisses locales d'Assurance Maladie ainsi que le CSSIS (Conseil Supérieur des Systèmes d'Information de Santé). De nombreuses autres rencontres avec la nouvelle équipe dirigeante sont prévues.

Le G.L.A.M. se tient également prêt à examiner au cas par cas les demandes des associations, organisations ou unions professionnelles de santé ainsi que de toute institution locale ou nationale, visant à solliciter l'expertise de ses membres.

Les membres du bureau sont ainsi mandatés pour assister ou participer à tout débat, réunion, colloque, séminaire ou forum visant à clarifier les zones d'ombre relatives au déploiement du programme SESAM/VITALE. De nombreuses sollicitations ont d'ores et déjà reçu une suite favorable.

Le Groupement a par ailleurs adressé une demande d'adhésion au GIE SESAM/VITALE et propose son expertise au C.N.P.S. (Centre National des Professions de Santé).

Le G.L.A.M. affiche donc son ambition d'amplifier sa position de force de proposition et de réalisation des objectifs déclinés par l'ensemble des acteurs de la santé dans le domaine de l'informatisation des cabinets.

LABEL OU AGREMENT : HISTORIQUE DE LA POLEMIQUE

Les modalités de déploiement du programme SESAM/VITALE ont débouché, au cours des mois écoulés, sur une polémique. Née de la supposée obsolescence des labels octroyés à ce sujet par l'assurance maladie, cette situation est alimentée par l'existence de deux cahiers des charges, "93" et "96", et se trouve largement relayée par -entre autres- certains éditeurs non labellisés.

Le premier cahier des charges "93" n'est plus accessible aux SSII (Sociétés de Services et d'Ingenierie Informatique) depuis avril 1996, à l'exception de celles qui en avaient fait la demande auparavant. 17 éditeurs ont reçu une certification sur la base de ce document, dont 15 adhèrent à ce jour au G.L.A.M..

Il est à noter que rien n'exclut, d'un point de vue technique, la généralisation du programme SESAM/VITALE avec les logiciels actuellement certifiés. Des assurances formelles ont d'ailleurs été données aux éditeurs concernés à ce sujet.

Le G.L.A.M. préconise en conséquence que le déploiement programmé puisse, en cas de nécessité, se faire avec l'offre logicielle labellisée déjà opérationnelle, assorti d'une migration vers les nouvelles procédures dès que possible.

Le nouveau cahier des charges "96" est à cet égard disponible depuis décembre 1996. Sa plus grande complexité par rapport au précédent rend sa mise en oeuvre délicate, d'autant qu'elle est conditionnée par la disponibilité des "API", modules de service développés par le Groupement d'Intérêt Economique (GIE) SESAM/VITALE, annoncés pour le mois de mars, puis mai, puis juin et enfin officiellement prévus pour le mois de juillet 1997. Le G.L.A.M. a saisi à ce sujet le 19 Juin dernier la D.G.C.C.R.F.

Parallèlement à cette attente, le cahier des charges subit des modifications régulières. La dernière version est la 1.10 (juin 97). D'autres avenants viendront encore modifier ce socle technique dans les prochaines semaines.

En attendant les API définitifs, un "kit de simulation" a été proposé aux SSII en février 1997, leur permettant de débuter certains pans de leurs développements. Ce kit a fait l'objet d'une note adressée à la Direction de la Maîtrise d'Ouvrage pour en signaler les nombreuses anomalies, incohérences ou oublis.

CARACTERISTIQUES FONCTIONNELLES DU CAHIER DES CHARGES 93

+ Protocole Lecteur A.K.L.,

+ Dialogue lecteur/poste du Professionnel réalisé par les éditeurs labellisés,
+ Norme en sortie B2 "sécurisée",
+ Protocole de transmission XMODEM/CNAMTS (X25),
+ Dépôt des sources et recette technique du progiciel,
+ Validation fonctionnelle réalisé par une CPAM mandatée pour la circonstance,
+ Scellement du module de facturation,
+ Labellisation (CNDA).
Avantages Inconvénients
* Les Progiciels labellisés sont implémentés dans quatres régions, et
* Les norme (B2) et protocole de transmission (X25) sont donc opérationnels,
* Le développement de la Partie protocole et "Téléchargement des Lecteurs"sont figées, L'évolution des norme , en admettant qu'elle soit possible, permet d'envisager une migration vers le C.C 96 après un démarrage sans délai, et induirait une réécriture des progiciels à la charge des éditeurs.
* Les éditeurs concernés se sont engagés à migrer gratuitement dès que possible vers les futures procédures d'agrément.

CARACTERISTIQUES FONCTIONNELLES DU CAHIER DES CHARGES 96

+ Protocole lecteur PSS (Protocole Santé Social),
+ "API", ou modules de service Sesam/Vitale, comprenant :
GALSS : (Gestionnaire d'Accès aux Lecteurs Santé Social) : gère le   dialogue et les conflits d'accès des configurations multi-ressources,
SSV : lit, écrit, met en forme et sécurise la FSE, le lot, les bornes   de fichiers B2, traduit l'ARL (Accusé de Réception Logique),
+ Norme transparente (B2 ce jour, EDIFACT ou autre à l'avenir),
+ Protocole de transmission X25 ou autre (TCP/IP, X400) dans le cadre du RSS (Réseau Santé Social),
+ Pas de dépôt des sources, mais des exécutables auprès d'un TTP (Tiers   de confiance),
+ Validation fonctionnelle par la SSII au travers d'un jeu d'essais complet,
+ Vérification des test par le CNDA (Centre National de Dépôt et d'Agrément),
+ Agrément (CNDA) avec abandon du scellement initial.
Avantages Inconvénients
*L'évolution des norme et protocole (EDIFACT/IP par exemple) , est assurée au travers des API et n'induit (en principe) pas de réécriture des progiciels à la charge des éditeurs,
* Prévus en mars, puis mai, puis juin, les API sans lesquels les procédures d'agrément ne peuvent débuter seraient officiellement annoncés pour juillet 1997,
* Bien que plus complexe que le précédent, le cahier des charges est bien documenté et ouvert,
* Plusieurs centaines de SSII annoncent leur intention de concourir pour l'agrément; risque d'engorgement évolutif des procédures,
* Calendrier de démarrage du programme très court; la nouvelle architecture devra être immédiatement opérationnelle (dès septembre).
* Il fait l'objet d'un consensus de la part des acteurs conventionnels. Dans le cas contraire le risque de rejet par les acteurs du système est loin d'être insignifiant.

Pour tout renseignement sur ces différents sujets, vous pouvez recevoir la revue EQUINEWS qui fait un point précis sur ces rumeurs.

COMMUNIQUE DE CLARIFICATION G.L.A.M./C.N.A.M.

Un communiqué clarifiant la situation, validé le 22/05/97 par l'ensemble des directions concernées par le déploiement du programme SESAM/VITALE à la CNAM-TS, dont le texte suit (ce document, adressé à l'ensemble des directeurs de CPAM, est publié sur le Minitel de l'assurance maladie, 3614 CNDA) :

Logiciels labellisés " SESAM-VITALE ": De l'expérimentation à la généralisation.

Dans le cadre des expérimentations " SESAM-VITALE ", l'Assurance Maladie a labellisé les fonctions " feuille de soins électronique " et " télétransmission " de 29 logiciels.

Ces logiciels équipent aujourd'hui les professionnels de santé des sites d'expérimentation de Bayonne, Boulogne sur Mer, Charleville-Mézières et Vitré.

Ces logiciels ont été développés conformément aux préconisations du cahier des charges des sites expérimentaux, appelé " cahier des charges 1993 ".

Par ce label l'Assurance Maladie a reconnu à ces logiciels la capacité à fournir aux Caisses des éléments participant au processus de remboursement reconnaissant par là même, aux sociétés concernées, le savoir-faire en matière de développement sur les fonctions " feuille de soins électronique " et " télétransmission " ainsi que sur la mise en oeuvre et le suivi de ces logiciels.

Le projet " SESAM-VITALE ", après cette phase expérimentale, sera généralisé à l'ensemble des assurés et des professionnels de santé du territoire français sur une période de un an, de décembre 1997 à décembre 1998.

Pour la généralisation et afin de faciliter les évolutions du système "SESAM-VITALE ", l'Assurance Maladie après avoir dégagé les enseignements apportés par les sites d'expérimentation, a rédigé fin 1996 un nouveau cahier des charges " feuille de soins électronique " et " télétransmission ", appelé " cahier des charges 1996 ".

Le " cahier des charges 1996 " constitue le nouveau socle technique des fonctions " feuille de soins électronique " et " télétransmission " des logiciels qui seront utilisés pour la généralisation du système "SESAM-VITALE ".

Les sociétés présentes sur les sites expérimentaux, s'appuyant sur leur savoir-faire, s'engageront contractuellement avec leurs clients, dans les plus brefs délais, à adapter les fonctions " feuille de soins électronique " et " télétransmission " qu'elles ont déjà réalisées de façon à être conforme à ce nouveau cahier des charges puis passeront en quelque sorte un " contrôle technique " afin que ces adaptations soient agréées " cahier des charges 1996 ".

Pour favoriser une informatisation " en confiance " des professionnels de santé, ces sociétés s'engageront, auprès de leurs utilisateurs, à remplacer gratuitement, les fonctions " feuille de soins électronique " et " télétransmission " conformes au " cahier des charges 1993 " par des fonctions " feuille de soins électronique " et " télétransmission " conformes au " cahier des charges 1996 ", pour la phase de généralisation, dès décembre 1997."

Synthétiquement, 3 idées se dégagent donc de ce texte:

  1. La CNAM-TS reconnaît officiellement le savoir-faire des éditeurs en matière de gestion des flux électroniques certifiés, ainsi que la maîtrise de la maintenance des outils nécessaires à leur mise en oeuvre,

  2. Le passage au nouveau cahier des charges "96" constituera, pour les éditeurs déjà labellisés, une mise à niveau ou un simple "contrôle technique". Certains d'entre eux ont d'ailleurs d'ores et déjà achevé les développements nécessaires à cette future procédure d'agrément et en ont fait une présentation aux responsables de la Caisse Nationale; ne manquent plus désormais que les API (modules SESAM/VITALE),

  3. En raison de cette compétence officiellement reconnue et de l'engagement des éditeurs labellisés adhérant au G.L.A.M. d'assurer gratuitement, pour leurs utilisateurs, la migration de leurs produits vers les futures procédures d'agrément, les professionnels de santé peuvent se doter "en confiance", d'un programme d'ores et déjà certifié.

Cette possibilité leur permet dès maintenant de bénéficier des mesuresd'accompagnement financières prévues par le décret 97-373 du 18 avril 1997,et leur évitera les difficultés dues à l'inévitable précipitation que connaîtront ceux qui attendront le dernier moment en vue de se doter de leur équipement.

La liste des logiciels labellisés est déclinée sur le serveur de l'assurance maladie, 3614 CNDA, sur lequel est publié ce communiqué.

CONCLUSION

Quelle différence entre les progiciels labellisés et agréés ?

* Les premiers ont le mérite d'exister et de permettre de débuter sans délai, et dans des conditions de qualité éprouvées, le déploiement du programme SESAM/VITALE,

* L'engagement des éditeurs labellisés à procéder gratuitement à une migration dès que les futures procédures d'agrément seront opérationnelles, et leur aptitude à mettre à jour par téléchargement l'équipement de leur client est un gage de sérénité,

* Les seconds constituent une solution excellente mais "virtuelle" à ce jour, dont les modalités de mise en oeuvre apparaissent irréalistes au regard du calendrier annoncé et des retards successifs déjà mesurés.

En outre, un allégement trop prononcé des procédures d'agréments pourrait présenter un redoutable effet pervers; une offre logicielle insuffisamment qualifiée aurait toutes chances d'induire une moindre qualité des flux électroniques et d'obérer la réussite du déploiement.

Le G.L.A.M. persiste à préconiser en conséquence que le déploiement programmé puisse, en cas de nécessité, se faire avec l'offre logicielle labellisée déjà opérationnelle, assorti d'une migration vers les nouvelles procédures dès que possible.

Cette solution, techniquement possible, ne remet pas en cause la stratégie-cible. Par ailleurs, la capacité des éditeurs déjà agréés de licencier leur module de facturation certifié permettra à l'ensemble des éditeurs de s'insérer dans cette optique de déploiement.

Pour plus d'informations : Yannick Motel

Exp.: Dr Jacques Grichy ,25  septembre 1997   OpiMed - les pages professionnelles


Pages professionnelles MediaMed - les pages professionnellessommaire

Les pionniers de la carte à puce lancent un mot d'ordre de grève

Les médecins du secteur de VITRE ont décidé une grève des FSE pour la semaine du 11 au 17 mai 1998: nous refusons d'assumer l'unique et entière responsabilité de la transmission (cf JO et article de Mr SAURET dans le Panorama du Médecin du 23/04/98): OK pour notre responsabilité jusqu'à "la prise téléphonique", pas au delà. Nous exigeons aussi que l'évaluation définitive de l'expérimentation qui devait être faite par Bossard Consultants (affiliés maintenant à Cap Gémini!) soit faite, notamment pour déterminer les frais du professionnel de santé engendrés par les FSE. Nous voulons aussi un dédommagement à l'acte et pas une somme forfaitaire pour solde de tout compte.

Mardi dernier s'est tenue une conférence de presse organisée par la CNAM pour lancer officiellement le RSS. Aucun médecin n'a été invité. J'avais été contactée par une représentante de Cégétel pour y aller mais, après renseignements, il ne s'agissait pour moi que de faire une démo devant ces messieurs les journalistes. C'est vraiment se foutre de nous! Comme les CPS2 ont du retard, plus question de démo et donc de médecin...

Voilà où on en est. De toutes façons, je n'y serai pas allée pour ce type de prestation. Lisez le contrat gouvernement-Cégétel (je sais, il fait190p), c'est instructif.Je regrette amérement ce manque de concertation avec ceux qui devraient se servir de l'outil et qui peuvent tout de même avoir des idées sur la question. Pour nous demander des sous et des responsabilités, on sait nous trouver, pour le reste...

J'ai attendu jusqu'à aujourd'hui pour écrire ces lignes, espérant jusqu'au dernier moment qu'ils auraient un sursaut de lucidité...même pas.

Je livre ces faits à votre réflexion.

Bon courage! Ci dessous le site pour le contrat.

http://www.sante.gouv.fr/htm/actu/l31.htm

Laure Chapuis 08/05/98

Les choses continuent à bouger chez nous. Vu l'intérêt que cela suscite, nous avons créé un site : http://www.i-france.com/VitreFSE.

Nous avons fait une première grève d'une semaine très suivie,une nouvelle réunion aura lieu le 3 juin pour décider de la suite. Vous serez informés via le site maintenant.

Merci de vos suggestions.

Laure Chapuis 23/05/98   OpiMed - les pages professionnelles

Le 9 novembre 1999 à 13h, une délégation de 20 médecins de l'Association de Vitré s'est rendue à la CPAM de Rennes.

Nous avons rendu spontanément, pour ceux qui l'avait touchée, la subvention de 9000 Fr d'aide à l'informatisation, en guise de protestation. Nous rappelons que nous sommes en grève de télétransmission depuis juin 98.

Nous alertons tous les médecins: attention danger. Nous avons pour l'instant la responsabilité de la gestion des ARL, ce n'est pas acceptable, cela revient, pour une feuille papier, à nous demander de nous assurer que les patients sont bien remboursés. De plus, en cas de litige, c'est le médecin qui est chargé de rembourser les consultations en trop (et cela est vraiment arrivé en Ille et Vilaine!). C'est certainement le point le plus important, il faut impérativement que notre responsabilité se limite à la FSE jusqu'au modem, ensuite, nous ne maîtrisons plus rien.

Pour plus de détails: http://www.i-france.com/VitreFSE

Diffusez ce message au maximum car les médias font bien sûr blocus.

Merci

Laure Chapuis 13/11/99   OpiMed - les pages professionnelles


Les pages professionnelles  [Ies pages pro] sommaire

MediAnnonceMediAnnonce

courrier au Maître-toile

Les INFOSITES de MedListe

http://www.BioGate.com/MedListe

Pour être tenu au courant

des modifications apportées sur ces sites,

abonnez vous

à cette liste de diffusion professionnelle (newsletter)

Retrouvez nos INFOSITES en ligne

© MediaMed - 103b.5.2 page remise à jour 01 08  00 - 190516