Accueil Mediamed

MediaMedZInformatique et médecine

  Les malheurs du docteur Nicolas C.
par Jean-Jacques Fraslin le 27-02-2004 Ă  17:06

Imprimer

Print

Le docteur Nicolas C., en ayant ras le scanner d 'OCRiser lui-même ses courriers, décide de se rendre au Medec 2004.

Depuis quelques années, la masse des missives de ses correspondants habituels est en permanente augmentation. Les piles de papiers non classés menacent de s 'effondrer et empiètent de plus en plus sur l 'espace vital de son bureau. Le facteur commence d 'ailleurs sa tournée à vélo par le cabinet médical afin alléger sa sacoche. Cela lui évite de monter en danseuse le raidillon de la rue Nationale sous les quolibets des écoliers. Même sa fidèle secrétaire Martine, pourtant formée à la dure école du tricot, a renoncé. Elle souffre d 'un canal carpien bilatéral imputé à l 'usage immodéré du clavier.

Enthousiasmé par AxiMessage...
Emballé par une habile présentation sur le stand France Télécom/Axilog réalisée de maître par le pétulant Fabrice Greenbaum en personne, il achète le logiciel AxiMessage 2 dédié à la messagerie médicale. Il est vrai que cela semble merveilleux de voir les courriers passer sous forme électronique d 'un poste de travail à l 'autre et s 'insérer magiquement dans les dossiers des patients.

Comme en sus, on lui a fourgué en cadeau le CD-Rom d 'AxiAge [1] qu 'un confrère prénommé Gérald assez exalté, a laissé sur le comptoir en échange d 'un baril de liqueur de mirabelles, notre homme est aux anges. Il se dit même in petto qu 'avec un tel outil, il va pouvoir entrer lui aussi de plein pied dans l 'ère du Progrès Partagé. Accessoirement, il pourra enfin se passer de Martine dont il supporte la mauvaise humeur, la moustache et l 'haleine aillée depuis bien trop longtemps...

Une installation laborieuse
De retour dans son village, il tente d 'installer lui même son logiciel. Pendant qu 'il patiente en téléphonant à la hot-line, une file d 'attente s 'est formée devant la porte d 'entrée de son cabinet malencontreusement exposée plein sud. Les pompiers doivent l 'arroser pour éviter les malaises. Après avoir distribué quelques sandwichs aux plus affamés, le maire et le préfet alertés par les difficultés de circulation dans le bourg, arrivent finalement à le convaincre d 'appeler son distributeur seul apte à effectuer les nombreux paramétrages requis.

Finalement trois mois plus tard, ce qui laisse le loisir à France Télécom d 'ADSLiser sa ligne, le logiciel est enfin opérationnel. Après quelques semaines, le docteur Nicolas C. s 'étonne quand même de n 'avoir reçu aucun courrier ou même un tout petit bilan biologique, dans sa merveilleuse application. Au retour de ses vacances estivales, il téléphone donc au patron du laboratoire d 'analyses médicales :
"Dis moi, voisin, comment cela se fait-il que je ne reçoive point tes bilans dans mon AxiMessage tout neuf ?"
"Tu sais, lui rétorque le biologiste, les examens ça a eu payé, mais ça paye plus, alors à 2 ans de la retraite, avec les charges qui montent, les 35 heures, je reste avec mon antique système Kermitt..."

Dépité, le médecin raccroche son combiné et derechef appelle un autre laboratoire qui lui réplique que lui, il s 'est offert à l 'occasion de Biolo 2003 une licence Apicrypt et qu 'il aimerait bien s 'en servir car pour l 'heure aucun des toubibs du coin n 'a l 'air intéressé...

Un peu colère, il contacte son distributeur qui lui répond qu 'AxiMessage ignore Apicrypt et que pour les flux kermitt il lui faut un vieux logiciel nommé Axilab ! Mais il a de la chance, car le revendeur a retrouvé une boite poussiéreuse décolorée par le soleil avec le logo Windows 95 qui traînait sur une étagère. Quinze jours plus tard, ce dernier passe au cabinet, mais doit renoncer à l 'installation car il faut une ligne RTC et un modem ad hoc...

Consultant pensivement la notice de son logiciel au moment des fêtes de Noël, notre médecin, se dit qu 'à défaut de grives, il va tenter de manger des merles. Ne pouvant recevoir en l 'absence de laboratoire qualifié de l 'Hprim Net, il s 'écrie : "Eureka, je vais essayer les courriels médicaux puisque c 'est marqué sur le prospectus". Petit ennui, AxiMessage utilise une enveloppe propriétaire autour des messages médicaux et n 'est donc compatible qu 'avec lui même. Un ami cardiologue, expert en informatique, a bien réussi à récupérer sa clé publique et lui adresse avec Outlook des compte-rendus signés et chiffrés, mais sans le fumeux emballage, AxiMessage ne sait pas les ouvrir...

En mars 2005, il retourne au Medec, bien décidé à régler quelques comptes
Or Axilog curieusement semble avoir été balayé de la surface du paysage informatique médical. Des jours durant, il erre, de plus en plus hagard et désespéré, parmi les salons à la recherche du stand. Il a bien vu un petit autocollant sur le panneau Cegedim, mais rien qui ne rappelle la splendeur de l 'année dernière. Lors de la fermeture d 'Intermedica, il est retrouvé par les vigiles sous l 'espace abandonné de Cegetel où il a survécu grâce aux miettes de chips des festivités d 'adieu du RSS de l 'an passé. Cependant, notre homme hébété n 'arrive pas à expliquer la présence dans son sac de voyage d 'un bazooka Panzerfaust huilé et en parfait état de marche, récupéré autrefois par son grand-père ancien résistant lors de l 'assaut de la Kommandantur locale...

Jean-Jacques Fraslin



Notes :

[1] Lors du Medec 2001, le Docteur Gérald Bernardin achetait un logiciel de suivi des personnes âgées avec plusieurs grilles d 'évaluation, réalisé à partir d 'un concept mis au point par la Société Française de Gériatrie et de Gérontologie, le LA.GE.R. Il raconte ses mésaventures sur son site.



http://www.masef.com/textes/coupdegueule.htm

Bookmark and Share

-> MediaMedZ Archives

Soutien Fulmedico