. Des cannabinoïdes à la régulation du poids - MediaMed

MediaMed



Accueil MediaMed

MediaMed Informations en endocrinologieENDOCRINOLOGIE INFORMATION Pensez à imprimer cette page, afin de la lire ou la relire plus aisément. Avec Netscape, vous pouvez cliquer sur cette icone. Si vous utilisez un autre navigateur, utilisez sa commande d'impression.

Des cannabinoïdes à la régulation du poids

Le blocage du système endocannabinoïde apparaît comme une bonne stratégie thérapeutique pour le traitement de l’obésité et du diabète de type II puisque l’inhibition des récepteurs CB1 diminue l’appétit, améliore le métabolisme du glucose et diminue les stocks de graisse en augmentant la dépense énergétique.

Le rimonabant (ou SR141716A) est un médicament anorexigène, qui a été préconisé pour la perte de poids chez les patients obèses. C’est le premier médicament d’une nouvelle classe thérapeutique qui agit au niveau du système endocannabinoïde.
En effet, c’est le premier antagoniste spécifique des récepteurs CB1 des cannabinoïdes qui sont présents au niveau du cerveau, du foie, du tube digestif, des muscles et des cellules graisseuses. Sa fixation sur les récepteurs CB1 empêche la signalisation et donc l’ensemble des effets de ces récepteurs. Le rimonabant avait été décrit comme la pilule « anti-obésité » mais, en 2008, le rimonabant a été retiré du marché européen à cause des effets secondaires induits (état dépressif et suicides).

Une équipe américaine a cherché à comprendre les effets du système endocannabinoïde sur l’obésité de manière à développer une autre approche thérapeutique visant les récepteurs CB1. En effet, les souris n’exprimant pas ces récepteurs sont maigres et résistent à l’obésité induite par un régime riche en graisse. De plus, le système des endocannabinoïdes serait suractivé chez les personnes présentant un excès de graisse au niveau de l’abdomen. Cette équipe a rendu des souris obèses par un régime riche en graisse, puis les a traitées avec du rimonabant pendant quatre semaines. L’analyse de ces souris a montré que le traitement avec cet antagoniste a réduit la prise de poids de ces souris obèses sans modification de leur activité physique. Cette réduction de poids ne s’explique pas uniquement par la baisse de l’appétit des souris, mais aussi par la diminution de leur masse adipeuse (quantité de graisse dans l’organisme). Cette diminution des stocks de graisse est accompagnée d’une diminution de la synthèse de la leptine, régulateur de l’appétit, par le tissu adipeux. De plus, la réduction des graisses est la conséquence d’une augmentation de la dépense énergétique (utilisation de la graisse pour faire de l’énergie). Par ailleurs, les souris traitées présentent une augmentation de la sensibilité à l’insuline c'est-à-dire que la stimulation de l’entrée du glucose dans les cellules par l’insuline est améliorée. En effet, il y a une augmentation de l’utilisation du glucose dans le tissu adipeux brun, dont la fonction principale est la dépense énergétique, dépense énergétique qui est apparue augmentée chez ces souris traitées par le rimonabant. En outre, l’action du rimonabant sur l’activité du tissu adipeux brun passe par le système nerveux sympathique et elle est indépendante de son effet anorexigène.

Véronique Viera
Publication conjointe Godtech

Bajzer M, et al. Cannabinoid receptor 1 (CB1) antagonism enhances glucose utilisation and activates brown adipose tissue in diet-induced obese mice. Diabetologia. 2011;54:3121-31. Epub 2011 Oct 11.


 

4112v.1 161211